Ecorénovation pour un logement sain, économe et durable

1/4

“L'éco-rénovation, une démarche pour un projet efficace et durable”

Qu'est-ce que l'écorénovation ?

On peut considérer son logement comme faisant partie intégrante de notre organisme, le temps passé dans notre logement étant une grande partie de notre vie, il est lié à l’état de notre santé.

Il n’y a pas de définition précise de l’écorénovation ou de l’écoconstruction.

La définition pourrait être la suivante : rénovation ou construction d’un bâtiment ayant le moins d’impacts environnementaux et sanitaires pour l’homme.

On pourrait aussi définir les points suivants :

  • Prise en compte de l’environnement proche du bâtiment,

  • Prise en compte des réseaux électromagnétiques terrestres et industriels,

  • Mise en place d’une enveloppe limitant le plus possible le recours à des systèmes,

  • Utilisation de matériaux biosourcés, renouvelables et locaux,

  • Prise en compte de l’équilibre hygrothermique entre l’intérieur et l’extérieur.

 

Pourquoi rénover ?

  • isoler pour être en confort été comme hiver (hygrométrie et température),

  • diminuer son empreinte carbone,

  • assurer un confort acoustique,

  • par voie de conséquence, faire des économies,

  • valoriser son patrimoine.

 

Comment rénover, quelles règles et obligations ?

On peut rénover son logement de plusieurs façons. La méthode conventionnelle ou la méthode écologique.

Vous l'aurez compris chacune de ces méthodes a ses raisons d'exister.

 

  • La méthode conventionnelle : c'est la méthode la plus répandue, elle est arrivée à l'aire industrielle

    Elle est adaptée pour des bâtiments de conception classique, il n'y a pas ou peu de prise en compte de l'environnement (outre l'obligation de respect des règlementations thermiques en vigueur) :

    • elle a la réputation d'être économique (c'est à calculer...),

    • utilisation de materiaux normés,

    • mise en œuvre standardisée,

    • amélioration par post de déperdition (et non pas de façon globale).

 

  • La méthode éco-logique : elle se démocratise et devient donc largement abordable

    Cette démarche est totalement adaptée à la rénovation du bâti traditionnel puisqu'elle utilise et améliore les techniques anciennes de mise en œuvre et de conception. Elle permet d'utiliser les atouts du bâtiment (exposition, inertie, disposition des pièces, ...) :

    • prise en compte des apports naturels gratuits et de l'environnement du bâtiment,

    • optimisation de l'isolation thermique afin de limiter les besoins de chauffage :

      • diminution de l'investissement dans les systèmes de chauffage (très grosse économie)

      • diminution des consommations (diminution des factures et des émissions de Gaz à Effet de Serre)

    • utilisation de matériaux biosourcés et écologiques

      • durabilité dans le temps (efficacité de 40 à 50 ans contre 20 ans maximum pour des isolants conventionnels)

      • meilleur confort hivers comme été (déphasage important des matériaux ce qui évite l'investissement dans une climatisation),

      • meilleure gestion de la vapeur d'eau (très important pour éviter les pathologies du bâti ancien)

      • Peu d'émanation de produits toxiques

    • Meilleure gestion de la ventilation :

      • filtration de l'air extérieur et intérieur pour un air propre et un meilleur confort sanitaire.

 

  • La rénovation est encadrée par des obligations règlementaires minimales à respecter décrite dans l'arrêté du 3 mai 2007 relatif aux caractéristiques thermiques et à la performance énergétique des bâtiments existants. Ces caractéristiques sont minimales et peuvent bien sûr être dépassées suivant les besoins de chacun on pourra donc atteindre les objectifs de la RT2012 voire de l'habitat passif.

  • La construction est elle aussi encadrée par une règlementation définie dans l'arrêté du 11 décembre 2014 relatif aux caractéristiques thermiques et aux exigences de performance énergétique applicables aux bâtiments nouveaux et aux parties nouvelles de bâtiment de petite surface et diverses simplifications.

 

Arrêté du 3 mai 2007        Arrêté du 11 décembre 2012

        RT Existant                                    RT2012

Quelles sont les aides financières ?

 
  • Le crédit d’impôt pour la transition énergétique (CITE)

Accessible aux propriétaires occupants et locataires, le crédit d'impôt pour la transition énergétique vous permet de déduire de vos impôts 30% des dépenses d’équipements et/ou de main d'œuvre pour certains travaux de rénovation énergétique  (montant de dépenses éligibles, plafonné à 8 000 euros par personne et majoré de 400 euros supplémentaires par personne à charge).
Depuis le 1er janvier 2015, pour bénéficier de cette aide, vous devrez faire appel à des professionnels qualifiés RGE (Reconnu Garant de l'Environnement) .

Le crédit d’impôt pour la transition énergétique concerne les dépenses d’acquisition de certains équipements fournis par les entreprises ayant réalisé les travaux et/ou de main d’œuvre pour certains travaux d’isolation des parois opaques. Ces équipements et matériaux doivent satisfaire à des critères de performance.

 

https://www.service-public.fr/particuliers/vosdroits/F1224

 
 
  • Les certificats d'économie d'énergie (CEE )

Le système des Certificats d'économies d'énergie (CEE) a été mis en place en 2005 dans le cadre du protocole de Kyoto par la loi de Programme fixant les Orientations de la Politique Energétique (Loi "POPE").

Depuis 2005, les fournisseurs d'énergie (électricité, gaz, chaleur, froid, fioul domestique) ont l'obligation de réaliser des économies d'énergie ou bien d'inciter leurs clients à en faire. On les appelle "les obligés". Chacun d'entre eux doit atteindre un quota d'économies, calculé en fonction de sa part de marché et évalué en kWh cumac (unité propre au dispositif des CEE, tient compte des économies réalisées sur le durée de vie des équipements installés et actualisées en fonction de la dépréciation du gain.)

La première période des CEE s'est achevée le 30 juin 2009, l'objectif national de 54 TWh cumac ayant été largement dépassé. Après une période transitoire, et l'adoption de la loi Grenelle 2 le 12 juillet 2010, le système rentre dans une deuxième période de 3 ans dont les objectifs sont portés à 345 TWh cumac.

 

http://www.developpement-durable.gouv.fr/-Certificats-d-economies-d-energie,188-.html

 

 

  • Isolaris, un prêt à taux 0% pour vos travaux d'économie d'énergie !

Des partenaires financiers pour diffuser ce prêt : Banque Populaire Val de France, Crédit Agricole, CIC, Crédit Mutuel

  • pour les propriétaires ou copropriétaires occupants ou bailleurs

  • qui ont réalisé un audit ENERGETIS pour définir le programme de travaux à entreprendre

  • qui engagent des travaux de rénovation globale de leur logement :

    •     en priorité l'ensemble des préconisations d'isolation et ventilation du rapport d'audit

    •     d'autres travaux d'efficacité énergétique à condition qu'ils soient préconisés dans le rapport d'audit

  • réalisés par un professionnel "RGE"

  • programme et devis validés par l'Espace Info Energie

  • prêt plafonné à 40 000 euros

  • aucun frais de dossiers

  • possibilité d'avance de la subvention Anah

 

http://energies-centre.regioncentre.fr/home/aides/pour-les-particuliers/Isolaris-Centre.html

 

 

  • L’éco-prêt à taux zéro : une facilité de financement

Accessible à tous les propriétaires, qu’ils occupent leur logement ou qu’ils le mettent en location, l'éco-prêt à taux zéro permet de bénéficier d'un prêt d’un montant maximal de 30 000 € pour réaliser des travaux d’éco-rénovation.
Un éco-prêt copropriétés réservé aux syndicats de copropriétaires est aussi disponible. Son montant maximum est de 10 000 € par logement (jusqu’à 30 000 € si le syndicat de copropriétaires décide de réaliser 3 actions de travaux).
Pour bénéficier de ce prêt, depuis le 1er septembre 2014, vous devez recourir à des professionnels RGE (Reconnu Garant de l’Environnement). 

 

https://www.service-public.fr/particuliers/vosdroits/F19905

 

 

  • Le "programme Habiter Mieux" de l'ANAH

Le programme Habiter Mieux a été mis en place par l’Anah (Agence NAtionale de l’Habitat) en 2011. Depuis, plus de 70.000 ménages ont bénéficié des aides du programme pour la rénovation énergétique de leur logement. Les objectifs fixés pour 2014 paraissent faibles face à la demande des particuliers. Le succès du programme est tel qu’il tend à compromettre son financement. En effet, il y a encore peu de temps, l’Anah expliquait prioriser les aides aux ménages très modestes. Par conséquent, cela a évidemment freiné la délivrance des aides aux ménages modestes. C’était sans compter sur Manuel Valls qui a annoncé le 29 août dernier uneaugmentation du budget de l’Anah !

 

http://www.anah.fr/

 

 

  • TVA à taux réduit 5,5%

 

Le taux réduit de 5,5 % s'applique aux travaux d'amélioration de la qualité énergétique des locaux à usage d'habitation achevés depuis plus de deux ans ainsi qu'aux travaux induits qui leur sont indissociablement liés pour lesquels la taxe sur la valeur ajoutée est exigible depuis le 1er janvier 2014. Ces travaux portent sur la pose, l'installation et l'entretien des matériaux et équipements mentionnés dans le guide des aides financières de l'ademe.

 

https://www.service-public.fr/professionnels-entreprises/vosdroits/F23568

Guide des aides financières 2016

Une Maison Verte

"qui poussait dans l'herbe"

®

30 rue Lafayette
37310 DOLUS-LE-SEC

07 82 99 61 04

sylvainteffaut@unemaisonverte.com

 

Profession libérale en Entreprise Individuelle

SIRET n°818 668 741 00015 - APE 7490A

  • Wix Facebook page
This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now